reseaux-instagram reseaux-youtube reseaux-twitter reseaux-pinterest

LE MAG’ DU PARIS SECRET

Les plus belles histoires insolites de Paris

retour aux
articles

6ed7fa57b1426ba883ec2a2f428ed365.jpeg

La maison préférée de Toulouse-Lautrec

Voir la Carte et les infos

ping-rond-mobile

Ajouter aux favoris

Partager sur

Paris reste connue comme une ville de plaisirs et il est toujours amusant de retrouver des adresses où Dionysos n’aurait pas été perdu. Il n’y a pas que le Moulin-Rouge et la place Pigalle… De nombreux établissements de plaisirs étaient disséminés dans Paris. Ainsi, tout à côté du Métro Pyramides et à proximité de la rue Sainte Anne, célèbre pour ses « vrais » restaurants japonais, vous pouvez découvrir la maison préférée de Toulouse-Lautrec. Evidemment, il convient immédiatement de préciser que c’est une maison particulière dont il s’agit… Au 6, rue des Moulins, se trouvait l’établissement « La Fleur Blanche », lieu de plaisirs terrestres, le préféré de l’artiste peintre. Oui, juste à gauche de l’actuel « Best Western » qui lui, est un hôtel des plus classiques de notre époque. Ne vous trompez pas de porte…

Ce qui fait dire que cette adresse était une des préférées de Toulouse-Lautrec est le nombre de peintures qu’il a produit en rapport direct avec cette Maison : On peut ainsi citer le Salon de la rue des Moulins (1894), le couple de tenanciers de maison close (1893), le Sofa (1896), le Blanchisseur de la Maison (1894), Inspection médicale rue des Moulins (1894) … Les titres en eux-mêmes sont assez évocateurs de la proximité dans laquelle vivait l’artiste avec les gens de cette maison. En particulier, assister à la venue du Blanchisseur ou mieux encore la visite médicale, à laquelle étaient régulièrement astreintes les prostituées de ces maisons, n’était pas donné à n’importe qui. Pour être tout à fait complet, on peut bien vous avouer que l’artiste avait une chambre à demeure dans cet établissement.

Pendant la seconde guerre mondiale, l'établissement luxueux fut réquisitionné par l'armée allemande pour le réserver à ses officiers. Inscrits comme lieux incontournables du Paris artistique sous une forme contrôlée à compter de la moitié du 19ème siècle, ces établissements seront fermés en 1946. Le 30 octobre de cette année-là tout le mobilier de « La Fleur Blanche » sera ainsi mis en vente aux enchères. Une porte se ferme ce jour-là sur l’histoire des maisons closes…

Jean-Baptiste Plantin

Voir la Carte et les infos

ping-rond-mobile

Ajouter aux favoris

Partager sur

Veuillez vous connecter

6 rue des Moulins, 75001 Paris

Vue carte

Vue satellite

HISTOIRES DU PARIS
INSOLITE & SECRET

à découvrir

Gérez vos favoris et accédez gratuitement à toutes les fonctions du site !

En créant votre compte, vous pourrez aussi accéder à l’ensemble des photos et articles, sans aucune limitation.

Veuillez vous connecter

Déjà membre ? connectez-vous ici